Autres poèmes ...

 

 

 

 

Approche ...

 

Tu es encore loin de moi
Alors que je me sens si proche
Je te veux tout près de moi
Car sans toi la vie est moche
 
Je vais te rencontrer bien tard
N'ayant pas encore eu la joie,
Le bonheur de cultiver l’art
De pouvoir dire je suis à toi
 
Je veux être à tes côtés pour la vie
Être avec toi quoi qu’il arrive
Je veux être ton aimée, ton amie
C’est ça que je veux vivre
 
Je débute et je suis bien ignorante
Alors donne-moi la main
Je serai parfois balbutiante
Mais je veux croire en mon destin


 Rosalie

°-°-°-°-°-°-°-°-°-°


Rêverie

 

Ça fait longtemps que je rêvais
De faire un beau voyage
Ça fait longtemps que j’espérais
Un sourire, un regard, un visage

Au début je n’ai pas cherché
J’avais la vie devant moi
Étant sûre un jour de trouver
Celui qui allait croire en moi

Des hommes j’en ai rencontré
Pas tant que ça, quelques-uns
Mais pas celui tant désiré
Ce n’était pas dans mon destin

À présent je suis encore et toujours
À la recherche de plein de tendresse
Avec un énorme besoin d’amour
Avec plein de baisers et de caresses

Je rêve d’un monsieur assez mimi,
Ayant du charme, tendre et gentil
Original, imprévisible et amusant,
Qui me surprenne, tout simplement

Un homme libre, intelligent et cultivé,
À la fois ouvert et plein d'esprit
Assez tonique, aimant bouger
Quelqu'un de fun et plein de vie

Mon domaine étant la communication
Je désire une vie personnelle à l'unisson
1m60, cheveux cuivré et yeux noisette,
Pas vraiment bcbg mais assez coquette

Je voudrais qu’on se parle de nos vies
Et que notre conversation commence alors
Et que nos paroles, échangées petit à petit
Nous donnent envie de dire encore

Nous slamerons sur le même tempo
Ou chanterons sur les mêmes musiques
Qui accompagneront si bien nos mots
Kiffant tous deux la même rythmique

Voilà un peu l'histoire,
Celle que j'aimerais vivre
Et bien sûr la poursuivre
Et enfin et surtout y croire

 

 Rosalie
°-°-°-°-°-°-°-°-°-°


Apprendre à aimer

 

Il faudrait que je te dise
Je ne sais pas comment aimer
Et de peur de dire des bêtises,
Je vais écrire et non parler

Cet amour pour le connaître,
Il faut je crois l’avoir reçu
Des gens qui t’ayant fait naître
Réalisent que l’amour t’est dû

Sans cet amour que veux-tu faire
Sinon chercher toute ta vie
Quelqu’un qui soit ton père, ta mère
Et cicatrise ton cœur meurtri

Car cet amour déterminant
S’il ne t’a pas été donné
T’empêchera ta vie durant
D’aimer, de vivre, de t’exprimer

Tu chercheras la perfection
Craindras de ne pas être aimé
Et compris de la façon
Que tu as toujours espérée

Tu pourras avoir peur aussi
De faire du mal ou de blesser
Bien qu’ayant souvent le souci
De comprendre et non de juger

Parfois proche et parfois lointain
Tu dérouteras quelquefois
Mais voudras quand même le soutien
De ceux qui savent que tu es toi

Mais tu pourras sans doute avoir
Ce sens précieux de l’amitié
Qui te fera peut-être voir
Que si tu aimes tu es aimé

Étant amoureux de l’amour
Bien souvent tu sublimeras
Ce qui ne sera pas toujours
Ce qu’il y a de mieux pour toi

À toi les grandes désillusions
La solitude ou les chagrins
Pour après d’une autre façon
Recroire un peu en ton destin

En bref, tu voudras simplement
Sans toutefois le demander
Compréhension et sentiment
Mais surtout pas à bon marché


 Rosalie
°-°-°-°-°-°-°-°-°-°

 

Ton regard

 

Comme une ombre au lointain
Je te sens encore là
Comme un regard enfantin
Encore porté sur moi

Tu sembles un peu perdu
Ne sachant où aller
M'écrire tu n'oses plus
Encore moins me parler

Ne sois pas en colère
Contre toi ou ton passé
Ne sois pas ton adversaire
Ce serait t'emprisonner

Qu'attens-tu pour me dire
Avec tes mots à toi

Ou me donner à lire
Qui tu es où tu vas


Je te sens près de moi
Alors que tu es loin
Quand feras-tu le pas
Pour oublier ton chagrin


 Rosalie

°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°


Grandir...

 

De t’aimer elle en a rêvé
D’être heureuse elle l’a souhaité
À toi elle voulait se donner
Sans réserve et sans compter

Et toi pendant ce temps-là
Tu cherchais un nouveau jour
Une autre vie, un autre toi
Il n’était pas question d’amour

Elle te tendait la main
Mais pour pouvoir la saisir
Il te fallait grandir enfin
Et cesser de te fuir

Quand pourras-tu comprendre
Ou au moins essayer
Que l’autre pour t’entendre
A besoin de sincérité


 Rosalie

°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°

 

Dualité

 

Il feignait de respirer
L’air frais de l’indépendance
Afin de mieux cacher
Sa douloureuse impuissance

Incapable d’être heureux
Et de pouvoir aimer
Il ou Elle ou bien les deux
Pas facile d’assumer

Ne disant rien à l’entourage
A ses amis, à ses enfants
Car il en faut du courage
Pour affronter les jugements

Des rêves il en faisait
En pianotant sur son clavier
Des chimères il projetait
Loin de sa réalité

Comment va-t-il pouvoir
Cesser de se mentir
Sortir de ce trou noir
Et avoir un avenir


 Rosalie

°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°

 

  Les pitres de l'amour

 

Il a voulu frimer

Et jouer les cadors

Et prétendu aimer

En lui disant j’t’adore

 

Les pitres de l'amour

Avec un beau sourire

Et l’air bien hypocrite

Il voulait la séduire

Il la voulait tout de suite  

Y fallait que ça aille vite

 

Les pitres de l’amour

Des airs déjà chantés

Et des poèmes copiés

Pour faire le romantique

Croyant ses mots magiques  

Complètement pathétique

 

Les pitres de l’amour

Il pouvait pas vivre sans elle

L’amour lui donnait des ailes

Mais il était encore marié

Et il allait divorcer

 

Les pitres de l’amour

Incapable d'aimer

Si concentré sur lui

Voulant même faire pitié 

En jouant la comédie

 

Les pitres de l’amour

Mais il va rentrer bredouille

Au final c’et lui l’andouille

Elle allait tout lui donner 

Mais à temps s’est réveillée

 

Les pitres de l’amour

Il a voulu frimer

Et jouer les cadors

Et prétendu aimer

En lui disant j’t’adore

 

 Rosalie 

sur l'air de "Vertiges de l'amour"
En hommage à Bashung
 

°*°*°*°*°*°