Vécu !

Dans cette rubrique, du vécu, de l'observation, des aventures ou mésaventures, de l'humour ...
  • Je pense souvent à vous, Macha

     

    Macha beranger

     

    Déjà un an et demi que vous êtes partie ... nous laissant sans voix, nous, vos "sans sommeil", comme vous nous appeliez affectueusement. Vous nous manquez, beaucoup, Macha et je sais que nous sommes nombreux à penser à vous. Je n'ai pas eu, depuis votre départ, la curiosité de chercher si quelqu'un proposait d'être à l'écoute des auditeurs de cette façon, à une heure tardive, sur une radio.

    Mais curieusement ? Peut-être pas tant que çà, j'aimerais essayer ... et réussir à faire ce que vous faisiez. J'ai l'expérience de l'écoute, à des heures avancées, puisque des personnes m'appellent, le soir, alors que des interrogations, des peurs, des doutes ou même des angoisses ressurgissent. La fin de journée peut s'avérer anxiogène en effet lorsqu'on ne va pas bien.

    Ce que j'aimerais faire, ce n'est surtout pas des consultations de voyance à la chaîne, avec des personnes en attente sur une ligne téléphonique au numéro surtaxé, sans être sûres qu'elles finiront pas m'avoir au bout du fil. Ce n'est pas cela, non, ni sur le fond, ni sur la forme. Je souhaiterais pouvoir accueillir la personne qui appelle, l'écouter, lui dire ce que je ressens, mais pas forcément en tant que medium, aussi en tant que personne qui aime les gens, a priori, qui a connu aussi des périodes difficiles. Ma médiumnité serait un plus, de temps à autre, mais ne serait pas le but, le concept même de l'émission. Quelques morceaux de musique viendraient se glisser entre deux ou trois échanges, choisis parmi mes nombreux coups de coeur musicaux.

    Mon expérience de psychologue d'entreprise, en charge de personnel local et expatrié dans plusieurs pays, puis mon métier de productrice, de tournages, de spectacles et d'événements ont contribué à aiguiser ma capacité d'écoute et ont développé chez moi disponibilité et esprit d'ouverture.

    La radio est un media que j'aime depuis l'enfance, j'ai l'impression de l'avoir toujours écoutée, notamment lorsque je faisais mes devoirs. Comme nous n'avions pas la télé à la maison, on l'écoutait aussi en soirée, avec je me souviens, surtout des feuilletons et des pièces de théâtre. Quelle aubaine pour développer l'imaginaire, s'inventer des images pour visualiser ce que nous écoutions. Écouter la radio non seulement n'empêche pas de faire autre chose, mais y invite : écrire, préparer un bon petit plat, repeindre son salon, faire de l'exercice ... c'est selon !

    Pendant que je suis en train d'écrire ce petit billet, la radio m'accompagne, donc, une fois de plus et tant mieux. Eh bien figurez-vous que je vais l' envoyer, à plusieurs radios parisiennes ou régionales,  (j'ai même le titre !) sait-on jamais ...

    Souhaitez-moi bonne chance. Je vous tiens au courant, promis !

     

     

    Partager

  • Accro à votre portable ?

     

     

    tel mobile

    Êtes-vous accro, addict, à votre portable ? Voire dépendant(e), en le sachant ou pas ...

    Si vous, vous ne l'êtes pas, ouf ... ! (pas cette addiction là, non, mais peut-être une autre ) d'autres le sont. Ah ! Vous aussi vous avez remarqué ?

     

     

    Votre blogueuse préférée, pour garder la forme et galber ses formes (bien l'expression, hein ? Elle est de moi ) se rend 3 fois par semaine à la salle de gym en fin d'après-midi, en n'oubliant surtout pas son.... non, pas son portable, son baladeur.

     

    gym pédaleur debout

     

     

     

     Je fais un peu de pédalage debout (appareil un peu différent d'un stepper pour les connaisseur(se)s) et ensuite du vélo, tout ça en écoutant mes morceaux préférés, pour me donner du courage. 

    Ce que j'ai constaté au fil des années, c'est que mon baladeur a aussi l'avantage de m'isoler du bruit de certaines machines, et surtout des autres.

    Il y a quelques jours, alors que je pédalais, un jeune monsieur est venu s'asseoir à côté de moi pour faire du vélo. Il avait son smartphone avec l'écouteur à fil à l'oreille. Il s'est mis à pédaler très rapidement, tout de suite ? et le téléphone a sonné. Il a répondu, en parlant assez fort, avec un débit aussi rapide que ses coups de pédale. Au bout de quelques minutes il a raccroché, lu un long sms, il en a écrit un autre nerveusement, assez long lui aussi. À peine avait-il fini que la sonnerie a retenti à nouveau. Sa réponse fut encore aussi speed que son pédalage. Après avoir raccroché il a appelé quelqu'un et il avait toujours l'air dans l'urgence. Cet épisode s'arrête là, car mon entraînement vélo était terminé et j'allais au cours de gym. À de très rares exceptions, là, point de portable susceptible de venir nous déranger.

    Comme il faisait beau, je suis allée m'allonger sur un banc du jardin public qui se trouve près de chez moi. Ah ... lézarder après l'effort, ça va être délicieux ! Et m...., manque de bol, une jeune dame était déjà là en train de téléphoner, tout en agitant d'ailleurs l'une de ses jambes ... Elle a empoisonné mon heure de répit, passée - bien obligée, avec mon baladeur sur les oreilles - avec son portable. Elle a parlé, raccroché, re-composé un numéro, re-parlé, laissé des messages... Je me suis d'ailleurs dit qu'il devait exister de plus en plus de mega forfaits illimités à toute heure.

    Dans le métro, ce n'est pas mal non plus ... Baladeur obligatoire sur les oreilles car les gens parlent fort pour couvrir tous les bruits divers et variés, dont ceux des autres ! Là encore.

    Puisqu'il y a des journées de ceci ou de cela, pourquoi pas une journée sans portable ?? Plus sérieusement, pourquoi ne pas décrocher de temps en temps, dans le bon sens du terme, cette fois-ci !